La compagnie Oposito


Les spectacles - Compagnie Oposito , Les spectacles en tournée , Peaux bleues (création 2020) , Peaux bleues - portraits des artistes

Nala DAHL, interprète

JPEG - 441.6 ko
[ JPEG, 441.6 ko ]

Photo : Hélène Jayet

Quel est ton parcours ?
Après avoir pratiqué les claquettes et le djembé (percussion africaine), j’ai débuté et pratiqué pendant 4 ans la batterie avec Hubert Colau. Ce cours était complété par de la pratique collective dans un atelier qui reprenait des standards blues/jazz dirigé par le saxophoniste Bruno Wilhelm au Cap (une scène de musiques actuelles qui aujourd’hui s’appelle Le Nouveau Cap). J’ai ensuite intégré l’école des Trois Notes avec Alain Bémer. À cette époque, je suis dans le cadre de pratiques amateures. Je me suis ensuite tournée vers la basse : une révélation ! Je me suis formée au conservatoire du Blanc Mesnil auprès des bassistes Henri Dorina et Franck La Rocca. Je suis la bassiste du Combo du 2 Pièces Cuisine, projet mêlant musiciens amateurs (conservatoire du Blanc Mesnil) et professionnels et dirigé par le musicien et coordinateur en charge des pratiques amateures dans les musiques actuelles David Playe. Une expérience riche d’enseignements où presque tous les musiciens amateurs que nous étions en intégrant ce projet sont aujourd’hui en voie de professionnalisation.

Pourquoi as-tu choisi une vie d’artiste ?
Je ne l’ai pas vraiment choisie. Pendant très longtemps j’ai vécu cette vie d’artiste par procuration en allant voir des artistes jouer, en les soutenant par tous les moyens notamment en étant le plus souvent présente à leur concert. C’était ma façon de vivre cette vie d’artiste. J’étais « accro » aux émotions que je ressentais en les voyant sur scène et je m’identifiais à eux. Un jour j’ai compris que les projections que je faisais sur eux n’étaient qu’une profonde envie de monter sur scène.

C’est comment la vie d’artiste ?
C’est beaucoup de travail. Artistique tout d’abord : création, interprétation d’une œuvre (qu’elle soit la sienne ou non), travail personnel. Nombreux sont les artistes qui rêvent de n’avoir que cette partie à gérer. Peu sont les élus ! Administratif ensuite : recherche de dates pour se produire (dates = salaires), gérer les contrats, les déclarations d’embauches, les emplois du temps, les répétitions etc. Le tout à rendre compatible avec une vie personnelle. Être artiste c’est, selon moi, monter dans l’ascenseur émotionnel qui peut à la fois t’amener dans les nuages et te déposer 6 pieds sous terre dans la même journée.

JPEG - 160 ko
[ JPEG, 160 ko ]

Photo : Hélène Jayet

Ton rôle sur le spectacle « Peaux bleues » ?
Je joue la guitare basse et je chante.
Mon défi est de donner le meilleur de moi-même ! C’est à dire mettre tout en œuvre afin me préparer le mieux possible pour que, le moment venu du spectacle, je restitue le plus fidèlement possible la musique et que, d’une façon générale, l’interprétation soit conforme aux attentes des auteure, compositeur, metteur en scène de la compagnie.

Qu’est -ce qui t’a convaincue de participer au projet « Peaux bleues » ?
J’ai trouvé touchant que Jean-Raymond JACOB soit interpelé par la question des « Noir.e.s de France ». La plupart des gens sont bien sûr contre le racisme et la discrimination. Mais finalement, peu passent à l’action pour les combattre. L’ensemble de l’équipe (administrative, technique et artistique) est top. Et le côté humain est très important pour moi. En plus de ça, les chansons sont super bien écrites (Claudine Lebègue) et composées (Michel Taïeb). Je crois que tous les moyens sont réunis pour faire de ce spectacle un moment partagé de qualité !

Selon toi, l’invisibilisation dans les milieux culturels est-elle toujours d’actualité ?
Il ne me semble pas que ce soit tant dans les milieux culturels mais plutôt à des postes clés ou importants : un seul journaliste TV au 20h en tout et pour tout ; peu de 1ers rôles au cinéma et au théâtre, peu de récompenses au cinéma, théâtre, musiques en dehors de la catégorie « musique du monde » qui n’existe plus aux victoires de la musique. Donc oui c’est toujours d’actualité.
La place des femmes : LOL ! La fanfare Afro féministe 30 nuances de Noires tâche de réduire l’invisibilisation des femmes noires dans l’espace public. Elle est constituée majoritairement de femmes noires musiciennes, danseuses, chanteuses mais il y a aussi quelques hommes dont Gérald Grandman qui fait partie de « Peaux bleues » ! Le collectif Noire n’est pas mon métier (constitué d’actrices noires) s’est créé en 2018/2019 pour dénoncer un manque de diversité dans les films/téléfilms/ théâtre et un manque d’imagination dans la distribution des rôles. Ces projets n’ont vu le jour que pour dénoncer cet état de fait (minorités invisibles).

JPEG - 187.9 ko
[ JPEG, 187.9 ko ]

Photo : Hélène Jayet

Tes références rapport à la question Noire ? Que nous recommanderais-tu ?
Le livre de Cheikh Anta Diop : « Nations Nègres et Culture », le document reportage d’Amandine Gay : « Ouvrir la voix » qui interviewe 24 femmes noires de France et de Belgique à visionner en VOD par ici

Pendant le confinement, comment travailles-tu ? répètes-tu ?
Je commence toujours par des exercices qui permettent de m’échauffer aussi bien physiquement que mentalement (concentration). Puis exercices techniques (tempo, précision, rapidité, endurance etc.). Après ça, je travaille les chansons du spectacle. Je m’entraine aussi à me déplacer en jouant : c’est une des particularités qui m’est demandée sur le spectacle « Peaux bleues », contrairement aux concerts dans lesquels je joue habituellement où je suis davantage statique. Ça ne me demande pas un effort particulier de bosser sur la création : ma motivation est au plus haut !

Quel est ton truc réconfortant ?
En ces temps anxiogènes, je me consacre des petits moments où je fais des exercices de respiration qui aident à la relaxation.
J’ai plusieurs proverbes, mantras selon mon humeur : « Millimètre après millimètre on parcourt des kilomètres. »
Le mantra emprunté à l’artiste caribéen Esy Kennenga : « Donne toi les moyens et pas des excuses. »
Et puis je me répète souvent : « Chacun choisit qui il veut être » (quelqu’un d’heureux ou non).
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Tous les portraits d’artistes de l’équipe "Peaux bleues"

vendredi 15 mai 2020


© 2020 - | Contact | Mentions légales | Crédits